Touch me not

Un film de Adina Pintilie

Genre : Drame
Sortie en salle : 31 octobre 2018

Synopsis

Entre réalité et fiction, TOUCH ME NOT suit le parcours émotionnel de Laura, Tomas et Christian qui cherchent à apprivoiser leur intimité et leur sexualité.

Si  cette soif d’intimité – toucher et être touché, au sens propre comme au sens figuré – les attire autant qu’elle les effraie, leur désir de se libérer de vieux schémas est plus fort.

Espace de réflexion et de transformation, TOUCH ME NOT s’attache à comprendre comment vivre l’intimité de manière totalement inattendue et comment aimer l’autre sans se perdre soi-même.

Fiche technique

Récompenses

La presse en parle

L'avis des spectateurs

Vous souhaitez diffuser/projeter le film Touch me not ?

Partager
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur email

Entretien avec le réalisateur Adina Pintilie

Le film est un mélange entre fiction et réalité. Pourquoi avez-vous choisi cette frontière fluide entre les genres pour raconter cette histoire ?

Le projet a commencé par une réflexion sur mon propre parcours et mon envie de découvrir comment d’autres personnes abordent l’intimité. Après deux années de recherche, un merveilleux groupe de personnages, doués et courageux, s’est aventuré avec moi dans cette entreprise complexe d’exploration de soi. Le film a été construit en mélangeant réalité et fiction, acteurs de métier et non-professionnels, et en fusionnant des éléments écrits et des éléments réels. Nous avons utilisé des méthodes comme la constellation familiale, la réalité mise en scène, la reconstitution de rêves ou de fantasmes, les journaux intimes sur vidéo pour construire les personnages. Ils sont inspirés des émotions ressenties par les participants et visent à révéler des couches plus enfouies de la vérité des personnages. La fiction fonctionne comme un cadre pour travailler la réalité, tout en offrant un espace protecteur pour les personnes qui ont pris le risque de se révéler, de nous ouvrir leur âme dans ce processus.

Je choisis une personne pour incarner un personnage, mais le personnage ne devient « vrai » que lorsque je travaille autour de l’histoire personnelle de celui qui l’incarne. L’être humain à l’écran est nouveau, complexe, plein de contradictions, un mélange entre mes matériaux et sa propre biographie. Ce qui est à la fois fascinant et bouleversant dans ce processus, c’est la façon inattendue dont la réalité et la fiction se reflètent et s’informent, comment la frontière entre les deux devient plus floue, comment l’expérience cinématographique peut changer la réalité ou inversement, à la fois pour les personnages comme pour moi en tant que cinéaste.

Qu’est-ce qui vous a décidée à devenir un personnage du film ?

Dans le film, la caméra et moi, la réalisatrice, sommes avant tout des témoins silencieuses des expériences des personnages. Ma présence apporte l’élan initial, qui met en route le processus de recherche, établissant un cadre pour lire le film. L’attention n’est pas tournée sur la réalisatrice, mais plutôt sur ces êtres humains qui m’ont aidée à redécouvrir ou à réapprendre l’intimité dans le film. Je suis comme une enfant qui découvre le monde avec curiosité et émerveillement, qui découvre combien les êtres humains peuvent être surprenants, comme on peut trouver de la poésie au cœur d’une personne comme Laura, Tómas, Christian, Grit et les autres.

Tout au long de ce processus, j’ai aussi pu découvrir comment tous ces gens gèrent, sous différentes formes, le même isolement, comment ils sont piégés entre un immense besoin et une immense crainte de l’intimité. Ce qui me fascine et me touche, c’est la manière inattendue par laquelle les gens essaient de sortir de leur prison intérieure, pour se reconnecter à leur corps et leurs émotions. Je découvre encore et encore qu’au cœur du comportement humain il y a, la plupart du temps, un besoin profond et sans fin d’aimer et d’être aimé. Ce parcours émotionnel avec les personnages de TOUCH ME NOT m’a beaucoup appris sur mes propres mécanismes de défense inconscients, mes projections, conceptions, perceptions déformées de l’intimité, mes comportements irrationnels, etc…

Je suis profondément reconnaissante envers ces personnages incroyables qui ont pris d’énormes risques en partageant avec nous, avec la caméra, certaines de leurs zones les plus vulnérables.

La sexualité dans le film fonctionne comme un pont entre le corps, la psyché et l’âme. Pouvez-vous nous dire comment vous l’appréhendez ?

Pour moi l’intimité inclut bien sûr la sexualité mais aussi bien d’autres domaines qui s’entremêlent. Si on parle de sexualité, on parle donc également des implications émotionnelles de la sexualité. Il y a un livre qui nous a beaucoup servi, à l’équipe et à moi-même, pour faire le film. Il s’agit de Arousal de Michael Bader. Ce psychanalyste y explique comment nos fantasmes et notre comportement sexuel sont une porte d’entrée vers notre psyché. Lorsqu’on étudie la manière dont on réagit dans sa sexualité, on a une meilleure compréhension des mécanismes qui se cachent derrière, qui sont inscrits dans le cerveau et influencent par exemple notre capacité à nous sentir en sécurité pour pleinement expérimenter notre sexualité.

Année
Documentaire
Film
Touch Me Not Dvd
Touch me not – DVD
22,00
Le site Nour Films utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.
ACCEPTER
REFUSER
Privacy Policy